Prochains combats

Gaston Mbengue (promoteur):

Bombardier vs Yékini : 02 janvier 2011

Gris vs Eumeu Sène:

Tyson vs Balla 2 le 03 avril 2011

Zoss vs Gouy Gui;

Paul maurice vs Tidjane Faye;

Serigne Modou Niang (promoteur):

Papa Sow vs Tonnerre:

Luc Nicolai (promoteur):

Modou Lô (le plus populaire de l’arène) vs Lac 2 (l’invaincu)

Abdoul Aziz Ndiaye/ Balla Diouf vs Ama Baldé;

Baye Mandione vs Moussa Dioum;

Publicités
Published in: on 16 février 2010 at 12 h 18 mi  Comments (1)  

Le Comité national de gestion de la lutte sénégalaise a déclaré « sans verdict » le dernier combat qui a opposé le lutteur Baboye à Lac de Guiers II.

La décision de la commission d’arbitrage de la plus haute instance de la lutte sénégalaise a été prise mercredi. La décision infirme le verdict rendu après un combat de 16 secondes à l’issue duquel la victoire avait été attribuée à Lac de Guiers II sur le lutteur pikinois Baboye. Le pikinois défait sur la base de la règle des quatre appuis, avait, après avoir reconnu sa défaite dans un premier temps, saisi cette instance pour contester le verdict des arbitres.
Selon le vice-président du CNG de lutte Cheikh Tidiane Ndiaye, il faut comprendre par ce résultat qu’il ne s’agit pas d’un combat nul, mais sans verdict. « Un nul suppose un combat au bout duquel, après le temps réglementaire, aucun des lutteurs n’a pu obtenir la victoire. La décision que le CNG vient de prendre est différente. Elle veut dire qu’il n’y a pas de verdict », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio RFM. Nous reviendrons sur cette décison du CNG et surtout les conséquences et la réaction des walo-walo  ainsi que les différents acteurs de la lutte

Published in: on 23 août 2009 at 14 h 20 mi  Laisser un commentaire  

Encore un « quatre appuis »

Baboye contre lac de guiers 2La der de la saison s’est jouée hier avec une déception des amateurs de lutte ! En effet il a fallu que 15 secondes pour que Lac de Guiers 2 vienne a bout de Balla beye 2 grâce la règle dite des quatre appuis !

Lac de Guiers 2 a remporté 11 victoires en 11 confrontations dans l’arène et, avec cette victoire, il s’est ouvert les portes de la Cour des grands selon les spécialistes de la lutte avec frappe.

 Il va sans doute garder sa suprématie et «son invincibilité histoire «d’immortaliser la mémoire de Alioune Sèye, Gora Seck et surtout de son entraîneur Mama Sow, qui ont, laissé leur vie dans un accident de la circulation, le 20 juin dernier», en se rendant à Saint-Louis.

Ce combat organisé par la structure Luc Nicolaï Promotion, clôturait la saison de lutte avec frappe au Sénégal.

Maintenant que la saison est terminée, il faudra sans doute faire le bilan et tirer les leçons et surtout corriger  certains points du règlement  notamment cette règle des « 4 appuis ». En effet  nombreux sont les amateurs qui sortent de ces combats éclairs et gagnés grâce à  ce point faible du règlement qui faudrait –il le rappeler  avait été supprimé dans le passé et  réintroduit dans le règlement il ya de cela 2 ans !

Published in: on 10 août 2009 at 8 h 08 mi  Laisser un commentaire  

YEKINI / GRIS BORDEAUX: le « miracle » n’a pas eu lieu !

Yekini le roi de l'areneLa brièveté du combat (moins de 3 minutes) a surpris bien des amateurs qui ont eu comme un goût d’inachevé. Yekini était trop fort pour Gris Bordeaux qui n’a pas réussi là où tous ses devanciers avaient échoué. Les forces en présence à Dema Diop étaient vraiment inégales.

De mémoire d’amateur, jamais le stade Demba Diop n’a été aussi bien « sécurisé ». En plus du Groupement mobile d’intervention (GMI), la police anti émeutes a été mise à contribution. C’est que le combat Yékini – Gris Bordeaux avait fait sa publicité. Et depuis sa programmation, la tension est allée crescendo au fil des face-à-face des deux acteurs. Le dernier en date, récemment dans les studios de la RTS, avait davantage convaincu le monde de la lutte que ce combat était lourd d’enjeux pour chacun des deux lutteurs. Même si le challenge était autrement plus important pour Gris Bordeaux qui soutenait livrer le combat le plus important de sa carrière. La forte mobilisation notée dans le camp de Fass l’a confirmé.

En fait, le combat a démarré dès l’apparition des deux lutteurs avec l’inévitable guerre des supporters et fan’s clubs. A l’échauffement, Yekini a souvent imité le geste de l’archer visant sa cible. Gris Bordeaux s’est, lui, livré à son jeu favori : chauffer ses inconditionnels dans l’ambiance et la bonne humeur. Le combat en lui-même ? En tout cas, l’arbitre a finalement passé un après-midi tranquille, la chute ayant été sans équivoque par le fait de Gris Bordeaux. Hier, face à Yekini, dans sa tentative d’entrée en jambes, le sociétaire de Fass a paru un peu trop approximatif et emprunté. Une véritable aubaine pour la tête de file de Ndakaru qui a mis à profit sa grande expérience pour « se décaler » et écraser de tout son poids son adversaire et triompher un peu trop facilement. On n’avait pas vu grand-chose jusque-là : l’inévitable round d’observation, puis Yekini qui simule une bagarre. Gris Bordeaux très concentré reste de marbre avant de tenter, à son tour, d’atteindre son adversaire.

Le public pensait alors en avoir pour son argent. Il sera quelque peu déçu. Chauffé à blanc par ses supporters, Gris Bordeaux se jette à l’eau sous la forme d’une entrée en jambes. Pour anodin qu’il soit, le recul stratégique de Yekini entraîne la chute de son adversaire qui se retrouve avec 4 appuis au sol. C’était bien trop peu pour quelqu’un qui ambitionnait de réussir ce qu’aucun lutteur n’avait fait : battre Yekini.

Une 17è victoires en 18 combats du sociétaire de Ndakaru qui frustre quelque part le public qui s’attendait à un combat beaucoup plus intense et plus engagé au double plan technique et physique. Yekini est plus que jamais le meilleur ; alors que Gris Bordeaux, son malheureux adversaire, poursuit sa traversée du désert et plonge davantage son écurie dans le désarroi. Et dire que Moustapha Guèye quitte l’arène cette saison …

Avec Babacar S. FAYE du journal « le soleil »

Published in: on 27 juillet 2009 at 9 h 36 mi  Laisser un commentaire  

Le prochain combat

Yekini-Gris BordeauxYékini contre Gris Bordeaux: l’arène retient son souffle. Gris Bordeaux parviendra t-il à sauver la saison de l’écurie de Fass? Ou Yekini va-t-il confirmer sa suprématie dans l’arène! Le 26 juillet 2009 n’est pas loin. En tout cas c’est l’effervescence au sein des écuries, et la manifestation de la signature du combat nous a permis d’avoir un avant goût du 26 juillet. Rappelons-le, Yékini, a du sortir et tirer son arme pour riposter contre les insultes et autres quolibets des supporters de l’écurie de Fass. Avait-il le droit de porter une arme et de dégainer même, telle la question en tout cas que tout le monde se pose actuellement. Il faudra sans doute que les autorités prennent toutes les dispositions sécuritaires afin que non seulement force reste la loi, mais ce combat se déroule, dans la paix, le calme et le fair play.

D S GAYE

Published in: on 23 juin 2009 at 20 h 51 mi  Laisser un commentaire  

Nécrologie : La lutte sénégalaise en deuil !

La lutte sénégalaise est frappée par un deuil cruel. L’ancien lutteur de l’écurie Walo, Alioune Sèye, a perdu la vie dans un accident survenu ce samedi vers 6 heures du matin à hauteur de Rao sur la route de Saint-Louis. Le préparateur physique et mystique de l’écurie, Mohamed Bâ dit « Mama » ainsi que Gora Seck ont aussi été tués dans l’accident.

Ces trois membres de l’encadrement technique du Walo ont laissé leur vie dans un accident de la circulation sur la route de Saint-Louis. Le véhicule les transportant a eu un choc frontal avec un bus à Rao (9 kilomètres avant Saint-Louis) alors qu’ils se rendaient dans la capitale du nord pour les besoins du combat de leur poulain Lac de Guiers contre Bazooka, organisé au Stade Maître Babacar Sèye, par le promoteur Luc Nicolaï.

Signalons que 28 personnes ont également été blessées lors de l’accident dont cinq se trouvent dans un état jugé « grave ».

Une des victimes ayant perdu la vie, le doyen Alioune Sèye faisait partie des « anciennes gloires » de la lutte sénégalaise. Il a écrit avec la génération de Mbaye Gueye, le défunt Moussa Diamé, Boy Bambara, Robert Diouf, Papa Kane, Boy Niang de Thiès décédé, Balla Gaye, Double Less, Birahim Ndiaye, Mor Nguer et bien d’autres figures emblématiques, l’une des plus belles pages des arènes.

Il était âgé d’un peu plus de 60 ans. Avec sa mort, le Sénégal perd ainsi un de ses plus grands champions, et le Walo une figure de proue qui a porté le flambeau de la lutte très haut un peu partout sur le continent africain dans les années 70 et 80.

Published in: on 23 juin 2009 at 20 h 43 mi  Laisser un commentaire